Dr Bonaventure Soh Bejeng Ndikung

Dr Bonaventure Soh Bejeng Ndikung Dr Bonaventure Soh Bejeng Ndikung (né en 1977 à Yaoundé, Cameroun), est commissaire indépendant, auteur et biotechnologue. Il est le fondateur et le directeur artistique de SAVVY Contemporary à Berlin et le directeur artistique de sonsbeek20>24, une exposition quadriennale d’art contemporain à Arnhem, aux Pays-Bas. Bonaventure Ndikung a été le curateur-at-large de la Documenta 14 à Athènes, en Grèce et à Kassel, en Allemagne, en 2017; le commissaire invité de la biennale Dak’Art à Dakar, au Sénégal, en 2018; et le directeur artistique de la 12ème Rencontres de Bamako – Biennale de la photographie africaine – au Mali en 2019. Avec le collectif Miracle Workers, il a été commissaire du pavillon de la Finlande à la Biennale de Venise en 2019 et a été professeur invité en études curatoriales et en art sonore à la Städelschule de Francfort. Il est actuellement professeur du programme de master en “Stratégies Spatiales” à la l’école des Beaux-Arts de Berlin-Weissensee et est également le bénéficiaire de la première bourse de résidence pour commissaires internationaux de l’Université OCAD à Toronto en 2020.

Akinbode Akinbiyi

Né à Oxford, en Angleterre, de parents nigérians, Akinbode Akinbiyi est photographe indépendant depuis 1977, commissaire d’exposition et écrivain basé à Berlin. Les grands centres urbains constituent son principal centre d’intérêt photographique. Il parcourt les autoroutes et les chemins de traverse pour tenter de comprendre et de s’engager profondément dans la métropole moderne. Un travail qu’il mène principalement dans et sur les quatre grandes villes africaines : Lagos, Le Caire, Kinshasa et Johannesburg, mais aussi dans d’autres grandes villes telles que Khartoum, Addis-Abeba, Dakar, Bamako, pour n’en citer que quelques-unes. Les villes d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud figurent également dans son travail, comme Sao Paulo et Chicago en 2019. Akinbiyi travaille également comme commissaire d’exposition et a donné des ateliers photographiques à l’échelle internationale, notamment en Allemagne, au Nigeria, au Soudan, en Suède, en Angleterre, aux États-Unis, en Grèce. En 2017 il participe à l’exposition collective à La Villette, à Paris et à la Documenta 14, qui s’est déroulée à Athènes et à Kassel. Il a présenté sa série  » Easy like Sunday Morning – North Lawndale “ à la Biennale d’architecture de Chicago en 2019; présenté une exposition rétrospective de son oeuvre au Martin Gropius Bau, Berlin, intitulé « Six Songs, Swirling Gracefully in the Taut Air » et participé à la biennale FotoFest à Houston en 2020. La même année, il a également exposé au Steirischer Herbst, à Graz et au Västerås Konstmuseum en Suède.

Meriem Berrada

Directrice Artistique du Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL) et Directrice des projets Culturels de la Fondation Alliances, Meriem Berrada conçoit et met en œuvre les différents projets artistiques de la Fondation Alliances et dirige ses éditions depuis 2012. En 2013, elle crée, La Chambre Claire un concours en soutien à la photographie africaine émergente et en 2014, Passerelles, une démarche de mécénat croisé qui associe les pôles culturel et social de la Fondation par le biais d’ateliers de sensibilisation à la création contemporaine en zones périurbaines. En 2016, elle développe le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden (MACAAL) à Marrakech, dont elle assure la direction artistique. Engagée dans la structuration de l’écosystème artistique du continent, elle développe en 2019 le MACAAL Bootcamp, une formation associant compétences sectorielles et modules innovants autour du leadership et du développement personnel afin de renforcer les compétences des opérateurs culturels travaillant dans le secteur de l’art contemporain et des arts visuels en Afrique.

Tandazani Dhlakama

Tandazani Dhlakama est conservatrice adjointe au Zeitz MOCAA. Avant de rejoindre Zeitz MOCAA, elle a travaillé à la National Gallery of Zimbabwe (NGZ) à Harare où elle a occupé différents rôles entre 2011 et 2017. En 2017, elle a été coordinatrice de conférence pour la 2e Conférence internationale sur les cultures africaines (ICAC 2017) qui s’est tenue à Harare. Elle a récemment assuré le commissariat de Witness : Afro Perspectives from the Jorge M. Pérez Collection à El Espacio 23 (2020), Five Bhobh : Painting at the End of an Era (2018) et a été co-commissaire de Izicwangciso Zezethu… (2019) de Nobukho Nqaba au Zeitz MOCAA. En 2016, Tandazani Dhlakama a été commissaire à la Tsoko Gallery, un espace artistique indépendant à Harare, où elle a organisé leur exposition inaugurale Beyond the Body (2016) et a participé à la création de l’espace. Elle a contribué aux publications suivantes : Plasticity of the Planet : On Environmental Challenge for Art and Its Institutions, Something We Africans Got, Africanah, The Herald Newspaper, Panorama, Jewel, Stitch et les Artlife magazines. Tandazani Dhlakama est une érudite. Elle est titulaire d’une maîtrise en études des galeries d’art et des musées de l’Université de Leeds, au Royaume-Uni (2015) et d’une licence en beaux-arts et en sciences politiques, avec mention très bien, de l’Université St. Lawrence, aux États-Unis (2011).

Liz Ikiriko

Liz Ikiriko est une artiste et conservatrice canadienne d’origine nigériane, basée à Tkaronto/Toronto. Son rôle d’éducatrice, de créatrice et de mère nourrit sa pratique, qui se concentre sur les récits africains et diasporiques. Par le biais de la collaboration et de la recherche, elle soutient et crée des expériences incarnées pour faciliter les moments de vulnérabilité et de soins pour ses communautés. Ses projets et ses curiosités engagent, questionnent et confrontent les systèmes d’oppression intériorisés. Liz Ikiriko est titulaire d’un MFA en critique et pratique curatoriale de l’Université OCAD (2019). Son travail a été exposé à l’échelle nationale et fait partie de la collection permanente de la Dunlop Gallery. Ses écrits ont été publiés dans Public Journal, MICE Magazine, C Magazine, Blackflash et Akimbo. Les projets de commissariat les plus récents de Liz Ikiriko comprennent : Is Love a Synonym for Abolition ? (Gallery 44, 2021), The Break, The Wake, The Hold, The Breath (Circuit Gallery/Prefix ICA, 2019), An Archive But Not An Atlas (Critical Distance Centre for Curators, 2019) et A Lineage of Transgression (ArtSpace Peterborough, 2019). Elle enseigne actuellement la photographie à l’Université Ryerson et est conservatrice adjointe à la galerie d’art de l’Université York.